M.Ibrahim et les fleurs du Coran


de Eric-Emmanuel SCHMITT
Mise en scène Anne BOURGEOIS

Avec
Eric-Emmanuel SCHMITT

30 REPRESENTATIONS EXCEPTIONNELLES INTERPRETEES PAR L'AUTEUR

A PARTIR DU 5 SEPTEMBRE 2018

Du mercredi au samedis à 21h
Matinées les dimanches à 15h
(Relâche exceptionnelle le samedi 29 septembre 2018)

Tarifs guichet* : 26€ toute catégorie, 35€ (Carré Or)
(*sans frais de réservation)

PROFITEZ DE L'OFFRE "DECOUVERTE" A -30% (SOIT A PARTIR DE 18€*) DU 5 AU 14 SEPT. ET TOUS LES MER., JEU. & VEN.

Durée : 1h30

Réserver

M.Ibrahim et les fleurs du Coran

Paris, les années 60. Momo, un garçon juif de douze ans, devient l’ami du vieil épicier arabe de la rue Bleue pour échapper à une famille sans amour. Mais les apparences sont trompeuses : Monsieur Ibrahim n’est pas arabe, la rue Bleue n’est pas bleue et la vie ordinaire peut-être pas si ordinaire...

L’histoire tendre et drôle d’un gamin au francparler et de l’épicier arabe de sa rue. Comment échapper à la solitude, à la malédiction du malheur ? Comment apprendre à sourire ?

Un texte qui a fait le tour du monde, publié dans 50 pays, joué maintes fois dans toutes ces langues, étudié dans les collèges et lycées. Il a offert au grand Omar Sharif un César en France, et un Lion d’Or à Venise, une nomination au Golden Globe américain pour le film réalisé par François Dupeyron. L’histoire revit ici, exceptionnellement interprétée par son auteur.

(Crédit photo : L'ombre d'un instant)

NOTE DE L'AUTEUR

À Tel-Aviv, il y a quelques années, les partisans de la paix de deux côtés s’emparèrent de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran : le théâtre national d’Israël présenta longtemps cette pièce un soir en arabe, un soir en hébreu.
Or nous entrons dans une zone de turbulences encore plus fortes que lorsque ce texte fut créé en 1999 : l’islamophobie s’est développée sans complexe, l’antisémitisme a repris du poil de la bête, l’ignorance de l’autre n’apparaît plus comme un défaut. Aujourd’hui, on se replie sur son identité comme on se cache dans une armure. Beaucoup ont alors pensé que Monsieur Ibrahim nous manquait, avec sa sagesse souriante inspirée du soufisme, ainsi que Momo, ce garçon solitaire en quête d’amour. Ces deux-là voient d’abord un être humain en l’autre, pas seulement un juif, un arabe, un musulman, un Français, un étranger. Ils nous racontent un univers coloré de tendresse et de respect, nourri par la première forme de la tolérance : la curiosité.


Eric-Emmanuel SCHMITT
20 juin 2016


NOTE DE MISE EN SCENE

(photo : Annsophie LOMBRAIL)

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran est un récit initiatique, drôle, tendre et philosophique qui a fait le tour du monde et qui est inscrit dorénavant dans l’émotion intime de chacun d’entre nous. Écrit à l’origine pour le comédien et metteur en scène Bruno Abraham- Kremer, ce monologue théâtral a peu à peu gagné d’autres interprètes dans divers pays du monde avant d’être adapté au cinéma.

Un adulte raconte son adolescence meurtrie, ses blessures et sa rencontre avec un homme bon et simple qui deviendra son père adoptif. Il s’agit d’un processus de guérison dont la dimension spirituelle a bien plus à voir avec l’élévation de soi-même qu’avec les religions.

Néanmoins le narrateur s’appelle Moïse : son enfance de petit garçon juif abandonné par sa mère, délaissé par un père dépressif, lequel finira par mettre fin à ses jours, s’éclaire d’une lumière salvatrice lorsqu’il devient ami avec l’épicier arabe de la rue Bleue. En fait, Monsieur Ibrahim est un musulman d’inspiration soufie, qui distille entre deux boîtes de conserve ses sages conseils pleins d’amour au jeune Momo. La vie de l’adolescent se transforme alors en un hymne cocasse à l’humanité où chaque être qui croise son chemin devient aimable. Mais si l’adolescent reçoit tout de Monsieur Ibrahim, ce qu’il lui rend est immense…

C’est un texte qui ne peut être porté que dans la délicatesse,l’humilité et la jubilation du jeu. L’acteur s’éprouve à la fois lui-même, mais il éprouve également le jeune Momo, le Momo d’aujourd’hui, Monsieur Ibrahim, Brigitte Bardot, des prostituées, des paysages, des parfums, des danses…Dans le spectacle de cette existence réconciliée avec ell emême, il y a de l’innocence, de l’humour et beaucoup de ludisme ; le voyage est concret mais le spirituel est partout.


Anne BOURGEOIS

  • 6, rue de la Gaîté 75014 Paris
    Tél : 01 43 35 32 31
    Du lundi au samedi de 11h à 13h
    et de 13h30 à 19h ou 21h
    Dimanche de 11h à 15h ou 17h30
    (sous réserve de modifications)

Restez informés de notre actualité en vous inscrivant à notre lettre d’information.

Suivez notre actualité sur :

A Website by Uchrony