Deux euros vingt

Une comédie de Marc FAYET
Mise en scène José PAUL
Avec
Lysiane MEIS
Marc FAYET
Michèle GARCIA
Gérard LOUSSINE
Caroline MAILLARD
Michel LEROUSSEAU

A PARTIR DU 10 JANVIER 2020

Du mardi au samedi à 21h
Matinées les dimanches à 15h

Relâches exceptionnelles les 14 et 15 janvier 2020

Tarifs guichet* :
45€ (Carré Or), 36€, 27€
(*sans frais de réservation)


"SOYEZ LES 1ERS. AUX 1ERES." = -40% POUR TOUS (SOIT A PARTIR DE 16€*)  SUR TOUTES LES REPRESENTATIONS DU 10 AU 24 JANVIER 2020   !


Durée : 1h30

Réserver
Crédit photo : Fabienne Rappeneau
Crédit photo : Fabienne Rappeneau
Crédit photo : Fabienne Rappeneau
Crédit photo : Fabienne Rappeneau
Crédit photo : Fabienne Rappeneau

Deux euros vingt

A qui appartiennent les 2 euros 20 abandonnés sur une petite table dans la maison de vacances où 6 amis se sont réunis ? Apparemment à personne mais ces pièces vont disparaître et l’emprunteur aura beaucoup à perdre s’il se dénonce. Beaucoup à perdre ou beaucoup à gagner ? C’est à voir !

NOTE DE L'AUTEUR

Il y a quatre ans nous interprétions Des Gens intelligents, une de mes précédentes pièces [Molière 2015 de la Comédie], et j’avais remarqué sur la petite table de notre foyer où nous nous réunissions avant le début de chaque représentation quelques pièces qui étaient posées là négligemment, peut-être le reste de monnaie d’une course quelconque. Il se trouve que ces pièces laissées là au milieu de nos verres d’eau, de nos tasses de café, demeurèrent plusieurs semaines jusqu’au jour où elles disparurent définitivement. Durant toute cette période personne n’avait fait allusion à ces pièces que pourtant tout le monde voyait, et voilà qu’un jour quelqu’un avait décidé, par envie ou par nécessité, de les faire disparaître une bonne fois pour toute. Quand l’un de nous s’est décidé à faire remarquer cette disparition, tout le monde s’en est étonné mais personne ne s’est dénoncé. Quelqu’un n’osait visiblement se désigner car comment avouer être l’escamoteur d’une somme si ridicule ?  C’est là que m’est venue l’idée d’écrire cette pièce car j’y ai vu un formidable point de départ pour confronter un groupe d’amis et les mettre face à cette intrigante et pourtant si anodine disparition. Je pressentais qu’un paroxysme était possible car il nous interrogeait sur le mensonge, sur la fidélité et sur notre rapport à l’argent.  Je voulais voir si l’amitié valait plus que 2 euros 20. 

Marc FAYET

(Crédit photo : Fabienne Rappeneau)

NOTE DU METTEUR EN SCENE

Vacances au bord de l'amer !

Perdre de l’argent, ce n’est rien perdre. Perdre les amis, c’est perdre la moitié de ce que l’on a et perdre l’espoir, c’est tout perdre.

Trois couples en vacances, amis depuis toujours vont en faire l’amère expérience suite à la facétie de l’un d’entre eux.
L’argent et ses vicissitudes sont donc au centre de la nouvelle création de Marc Fayet où celui-ci fait cohabiter avec virtuosité et gourmandise la tragédie et la comédie tout en y incluant avec parcimonie une interaction (où le narrateur est pris à son propre piège) et en multipliant les chausse-trapes afin de mettre en exergue les dommages collatéraux provoqués par une situation qui au fil de la pièce devient inextricable.
Le metteur en scène que je suis n’est qu’un élément d’un ensemble au service de la représentation, ainsi, une fois de plus, il m’est apparu comme une évidence de privilégier une équipe d’acteurs et de créateurs qui se sent bien ensemble tant artistiquement qu’humainement. Des comédiens talentueux, réactifs, en phase les uns avec les autres, une scénographie au service de la narration, une production à l’écoute de l’artistique… Des conditions essentielles à mon sens afin d’appliquer un système où chaque corps de métier met en valeur l’autre, où le collectif prend le pas sur l’individualisme et de fait devient un mode de fonctionnement naturel, une liberté au service du spectacle. C’est donc grâce à l’engagement et à l’énergie de tous que ces 2 euros 20 grandiront pour le meilleur et n’est-ce pas le prix à payer ? Car comme le dit si justement Tristan Bernard « Si l’argent n’a pas d’odeur, à partir d’un million il commence à se faire sentir »

José PAUL

(Crédit photo : Fabienne Rappeneau)

TELECHARGEZ LE DOSSIER DE PRESSE

EN PARTENARIAT AVEC

&

  • 6, rue de la Gaîté 75014 Paris
    Tél : 01 43 35 32 31
    Du lundi au samedi de 11h à 13h
    et de 13h30 à 19h ou 21h
    Dimanche de 11h à 15h ou 17h30
    (sous réserve de modifications)

Restez informés de notre actualité en vous inscrivant à notre lettre d’information.

Suivez notre actualité sur :

A Website by Uchrony