Oscar et la dame Rose


Une pièce de Eric-Emmanuel SCHMITT
Mise en scène Steve SUISSA

Avec Judith MAGRE

Lumières Jacques ROUVEYROLLIS assisté de Jessica DUCLOS
Décor Nils ZACHARIASEN
Costumes Nathalie CHEVALIER
Assistante à la mise en scène Stéphanie FROELIGER

DEPUIS LE 23 SEPTEMBRE 2015
Du mardi au samedi à 19h
Matinée le dimanche à 15h
Tarifs guichet : 36€ (Carré OR), 30€, 25€, 18€, 12€

Oscar et la dame Rose

Depuis le 23 septembre 2015
Du mardi au samedi à 19h
Matinée le dimanche à 15h

Tarifs guichet : 36€ (Carré OR), 30€, 25€, 18€, 12€

 Il y a des rencontres qui changent la vie. Celle d’Oscar - dix ans - et de Mamie-Rose - hors d’âge - appartient à ces moments de grâce. À l’enfant qui séjourne à l’hôpital, elle apporte son humour, sa fantaisie. Voici les douze jours qu’ils passent ensemble, peuplés de personnages drôles et émouvants. Grâce à Mamie-Rose qui noue avec Oscar un très fort lien d’amour, ces douze jours deviendront légende.

"Oscar et la dame rose" a déjà eu des millions de lecteurs dans le monde (50 langues) et a été représenté sur toutes les scènes. Succédant à Danielle Darrieux qui créa le rôle en 2003, puis Anny Duperey, Eric-Emmanuel Schmitt est heureux de confier cette nouvelle création à Judith Magre, une des plus grandes comédiennes de la scène française.


NOTE D’INTENTION DE L'AUTEUR

Jeune garçon, j’ai beaucoup fréquenté les hôpitaux. Non que j’ai été souvent malade, mais parce que j’accompagnais mon père qui y soignait les enfants. Main dans sa main, je reçus une bien étrange éducation : j’arpentais un monde où il était normal d’être malade, la bonne santé relevant de l’exception. Pas faux, au fond… Du coup, à la différence de tant d’êtres, je ne me suis jamais cru immortel. Je pris tout de suite conscience que notre vie était fragile.

J’ai donc connu l’humour incroyable des enfants malades qui savent rire de tout, appeler Bacon un grand brûlé, transformer une chambre stérile en terrain de jeux, un couloir de clinique en patinoire. "Oscar et la dame rose" raconte cela, cette force de vie inextinguible : plus important que de guérir, il faut devenir capable de vivre lorsqu’on est faible et que le temps est compté. Préférer la joie à la tristesse… "Oscar et la dame rose" constitue un hymne au bonheur d’exister, ainsi qu’un hymne à l’imagination qui nous permet d’enrichir un quotidien austère.

Oscar a dix ans, la dame rose… beaucoup plus. Aux extrêmes de l’âge, on s’interroge, on s’émerveille, on réfléchit, on se ment peu à soi-même. Oscar et Mamie-Rose sont devenus mes modèles, Mamie-Rose parce qu’elle incarne une Shéhérazade qui lutte contre l’inéluctable par ses récits, Oscar parce que, courageux, il manifeste humour et gourmandise jusqu’au bout.

Il y a 13 ans, je croyais écrire un livre pour moi, pour moi seul. Depuis, il a fait le tour du monde… - la pièce également -, autant lu qu’étudié puisque collégiens et lycéens doivent se pencher sur lui dans plusieurs pays.  En réalité, je me dis aujourd’hui que je n’avais pas bien compris ce que j’avais écrit alors : "Oscar et la dame rose" permet de parler légèrement, poétiquement de choses graves. Les gens l’utilisent pour parler de ce dont on ne parle pas.

Après Danielle Darrieux et Anny Duperey, j’ai maintenant le bonheur d’assister à une nouvelle création en France, confiée à une des plus grandes actrices de notre théâtre,  avec laquelle je rêvais de travailler : Judith Magre. Décidément, Oscar a bon goût et le don de nous rendre heureux !

 Éric-Emmanuel Schmitt


BIOGRAPHIE DE JUDITH MAGRE

La comédienne Judith Magre, de son vrai nom Simone Dupuis, fréquente le Cours Simon, puis entame une carrière au cinéma, sous le pseudonyme de Simone Chambord.
Au cours des années 1950, elle tourne avec des cinéastes prestigieux comme René Clair, Julien Duvivier, Jacques Becker ou Louis Malle.
Elle débute au théâtre en 1952, rejoint trois ans plus tard la compagnie Renaud-Barrault, puis entre au TNP.
Elle fait la connaissance de Claude Lanzmann, qu’elle épousera en 1963, fréquente Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.
Sa prolifique carrière théâtrale – elle officie sans discontinuer sur les planches depuis soixante ans - lui fera interpréter les plus grands auteurs, Tchekhov, Claudel, Brecht, Giraudoux, Gorki, Sartre…sous la direction des plus illustres metteurs en scène : Jean-Louis Barrault, Jean Vilar, Georges Wilson, Jorge Lavelli, Antoine Vitez ou encore Marcel Maréchal.
Elle a parallèlement continué à travailler pour le cinéma avec, entre autres, Claude Lelouch, Jacques Deray, Francis Girod, Yves Robert ou Denys Arcand.
A la télévision, on l’a vue notamment dans de nombreuses pièces de théâtre filmées, en particulier pour la fameuse série « Au théâtre ce soir » dans les années 1970.
En 1976, elle a fait une incursion dans la chanson avec A l'homme que j'invente..., un album produit par Jacques Canetti.

Judith Magre a été distinguée en 1990 par le Molière de la meilleure comédienne dans un second rôle pour "Greek", en 2000 par le Molière de la meilleure comédienne pour "Shirley" et en 2006 par le Molière de la meilleure comédienne pour "Histoires d'hommes". Seules Suzanne FLON, Myriam BOYER, Dominique BLANC et Isabelle CARRE ont aussi été récompensées 2 fois par cette distinction suprême.

Judith MAGRE a aussi reçu en 2011 le prix d'honneur du Brigadier pour l'ensemble de sa carrière.

(références biographiques : http://evene.lefigaro.fr/celebre/biographie/judith-magre-23103.php)


  • 6, rue de la Gaîté 75014 Paris
    Tél : 01 43 35 32 31
    Du lundi au samedi de 11h à 13h
    et de 13h30 à 19h ou 21h
    Dimanche de 11h à 15h ou 18h

Restez informés de notre actualité en vous inscrivant à notre lettre d’information.

Suivez notre actualité sur :

A Website by Uchrony